José pour la Senioressance 

1545072_10202017165343850_51688631_n

Que de brouillard encore à ce jour !

Je dirais même que ce n'est pas mieux en avançant dans le temps. Mais bien pire, voire catastrophique...

Parce que personne ne sait s'accorder pour mieux apporter. Parce que personne ne s'intéresse réellement au sujet, sinon il y a belle lurette que l'on aurait évolué. Je vous laisse à votre propre opinion dans ce thème délicat, ou l'on peut rapidement arracher les cheveux de son prochain... 

La fin de vie fait réagir plus d'une personne bien installée dans son fauteuil. Parce que le sujet déplait ou n'est pas celui espéré.Tiens, je vois même certains poils se hérisser...

Chacun de nous, aura donc sa propre idée de cette mort qui fait tant peur. Que l'on n'a pas encore apprivoisé, pour moins la diaboliser ! 

Merci à José pour cette interview.  Un homme qui sait ce qu'il souhaite et ce qu'il ne veut pas ! Je vous laisse le découvrir. Je sais d'avance que vous allez apprécier...

Bonjour José, c'est un plaisir de vous interviewer pour la Senioressance. Pouvez-vous, vous présenter pour ceux qui ne vous connaissent pas ? 

Je suis né à Namur, jour d’un tremblement de terre (et pour cause !), le 11 juin 1938. Je possède donc 75 balais à mon compteur, des rides et des cheveux blancs.

Quel est votre secret pour garder la forme, la bonne humeur et l'envie de croquer la vie à pleine dent ?

Toujours, aussi loin que je m'en souvienne, j’ai pratiqué un sport, que ce soit le foot ou le tennis, ou le ping-pong.  Actuellement, le vélo sur le RAVeL à peu près chaque jour. La bonne humeur ? Suis un Gémeaux. Je me souviens de la remarque d’Andrée Sodenkamp, grande poétesse : Les Gémeaux (dont elle faisait partie) sont optimistes de naissance. J’aime boire (modérément), manger, me cultiver et passer agréablement mon temps - devant mon ordinateur notamment. Horreur des discours, des mondanités, des conversations oisives : je veux vivre le plus librement possible. N’ai rien d’un étourneau à l’instinct grégaire : suis un solitaire…

Vous arrive-t-il d’être négatif ? Que faites-vous pour vous changer les idées ?

Je le suis quand je songe à la bêtise humaine. Tous ces génocides qui se répètent... La Shoah m’a bouleversé. Élevé chrétiennement, j’ai vu ma foi, au contact de ces images atroces, vaciller puis s’engouffrer dans une chambre à gaz. Incinérée à tout jamais.

Pour me changer les idées ? Je nourris et entretiens mes passions… J'apprécie la gentillesse, la bonté de certaines personnes qui m'entourent.

Quelles sont vos passions ?

Le sport, très tôt dès l’âge de 6 ans, je crois… Ma famille, bien entendu. La généalogie, les arts en général, et la poésie en particulier (j'écris sous le pseudonyme de José Chanly). J’ai la grande chance d’être poète, de traduire mes émotions. Ne connais donc pas le refoulement traité par Sigmund Freud, un homme que j’admire beaucoup.

Récemment, j'ai pu y lire un de vos commentaires sur la toile qui vous a rendu furieux suite à un article relatant l'euthanasie dont je joins le lien.

http://www.dhnet.be/actu/faits/les-vieillards-devraient-demander-l-euthanasie-52b1272d35701baedaa3710a

Cet article m’a fait bondir. Je ne l'ai plus jamais relu! Les vieillards, vénérés dans le passé, sont présentés actuellement comme des bouches inutiles, des empêcheurs de tourner en rond, des charges intolérables pour la communauté ! Comme si les jeunes ou les adultes d'âge pas trop mûr valaient mieux qu’eux. Quand je vois le comportement de certains, j’en doute fortement…Je ne suis pas contre l’euthanasie, bien au contraire. En fin de vie, si celle-ci devient intolérable aux yeux d’une personne et que cette dernière supplie qu’on abrège ses souffrances, morales ou physiques, il est normal que l’on acquiesce à sa demande. Notre corps n’appartient ni à Dieu (foutaise !), ni à personne d’autre . Elle est notre propriété.

Je reprends vos mots " Septuagénaires j'angoisse, car on propose comme Adolphe Hitler de tuer les inutiles je produis donc tant et tant---

Sous le signe, évidemment, de l’humour noir. Je ne veux pas dire qu’il faut nécessairement créer pour être sauvé ! Tant de vieillards génèrent la bonté qu’ils avaient parfois laissée en friche précédemment.  Faudrait-il à 85 ans, par exemple, les assassiner au nom du bien-être de la communauté ? Mes poils se dressent : je deviens un hérisson qui veut piquer tous ces imbéciles qui sont légion, hélas…

Êtes-vous pour ou contre l'euthanasie ?

J’ai répondu à cette question : pour - si elle permet d’abréger d’intolérables souffrances. Une certaine prudence s’impose néanmoins : il ne faudrait pas que chaque dépression se termine par une fin de vie…

Qu’est-ce qui vous a choqué dans cet article plus haut ?

J’y ai répondu. Comme je n’ai rien d’un perroquet – aussi beau soit-il… -  me tairai (Comme vous le constatez, j'évite, dans la mesure du possible, les "je" répétitifs...)

Que pensez-vous qu'il serait plus sage de faire pour notre avenir vieillissant ? ¨

C’est un scandale parmi d’autres, cette manière dont nous traitons les personnes âgées dans les homes qui sont trop souvent des mouroirs. Il faudrait des maisons modernes, avec un personnel qualifié (on est loin du compte !) au service des vieux. Ceux-ci devraient pouvoir, par exemple, vivre avec un animal familier, chat ou chien. Trop de froideur, d'impatience, de désintérêt à leur égard. L’animal leur offrirait l’amour qu’ils ne reçoivent plus des êtres humains.

Trouvez-vous que le système actuel apporte suffisamment de réponses à nos ainés ?

Non !  Un autre but à poursuivre : permettre aux personnes âgées de vivre le plus longtemps possible dans leur maison, au milieu de leurs meubles. Tout cela coûte cher, évidemment…

Qu'avez-vous pensé du cas de ce couple septuagénaire, il y a quelque temps qui a fait la une des magazines. Parce qu'ils ont préféré mourir, la tête dans un sac plastique ?

Épouvantable… Quelle triste fin !

Des cas de détresse il y en a de plus en plus en vieillissant. Selon vous pourquoi ?

L’individualisme prend le pouvoir : chacun vit chez soi entouré de la télévision et de l’ordinateur. Les enfants sont pris dans le tourbillon de la vie, sans trop s’occuper de leurs vieux. Signe des temps !

Quel message souhaiteriez-vous passer à ceux qui vous liront ?

La santé aidant, le troisième âge ne manque pas d’attraits, comme les autres. Il suffit de cultiver ses passions, de pouvoir toujours s'enthousiasmer ou brandir l'étendard de la révolte (voir "l'affaire Dieudonné", ce triste sire qui divise la France et me rappelle une autre affaire célèbre, celle de Dreyfus) et de ne pas oublier autrui dans ses prières. Amen !

 Merci José pour votre témoignage rempli de sincérité pour la Senioressance.

Lutte pour la Bientraitance en Institution et à Domicile

Propos recueillis et rédigé par Linda Leininger Naturopathe - Sophrorelaxologue