Nathalie Bodin 1

Rencontre tout en Douceur avec Nathalie BODIN  

L'été dernier, j'ai eu l'occasion d'interviewer Nathalie BODIN pour parler de la méthode HO'OPONOPONO... J'avais envie que La Senioressance et la jeunesse de nos jours connaissent mieux cette méthode par des mots. Une technique simple et à la portée de tous ... J'avoue sincèrement que les réponses de Nathalie BODIN m'ont séduites, répondant merveilleusement aux messages que je tente de faire passer dans la Bientraitance... J'ai donc présenté, cette interview "exclusive "au Magazine Bio énergie ou je rédige de temps à autres des articles, je souhaitais de tout Coeur, que le message soit diffuser plus largement...

La rédaction du Magazine Bio énergie a donc à son tour été conquise, et l'a repris version papier en Avril 2014 dans le n°56 (pour toute commande.)  

Résultat, HO'OPONOPONO continue sa route, oui, le voyage se poursuit... avec je l'espère, l'envie à votre tour de partager partout cette méthode...

Les mots ont leurs importances bien plus qu'on ne le pense dans la Bientraitance, dans la VIE en règle général... Je vous laisse découvrir...

Juste un dernier mot, je vous joins au poste suivant l'article du Dr Luc Bodin Cancérologue, Scientifique et auteur de nombreux ouvrages santé, vous résumant la provenance de la méthode HO'OPONOPONO dans "Le secret des guérisseurs hawaiens." Bonne Lecture !

L. L : Bonjour Nathalie Bodin c’est un plaisir pour moi de vous interviewer pour le magazine Bio énergie… Aujourd’hui les gens se posent tant de questions et n’ont plus de repère. Les enfants suivent la voie toute dessinée des parents, mais en fait aucun, d’eux n’est satisfait de la tournure de leur vie, du chemin que chacun prends. Nous entendons de plus en plus parler de la méthode Ho’oponopono, qui est une méthode hawaïenne. Pensez-vous que malgré les frontières que les mots « Désolé, Pardon, Merci, Je t’aime, » continuent malgré tout d’avoir une résonance particulière ?

Nathalie BODIN : Les mots sont comme des notes de musique, ils ont une vibration qui résonne à travers le temps et l’espace. Tout comme la musique ne connaît pas de frontières, il en va de même pour les paroles. Lorsque vous entendez un son dans la pièce d’à coté, vous vous apercevez que même un mur ne peut l’empêcher d’arriver jusqu’à vous. Et quand une mélodie vous émeut, des larmes viennent jusqu’au bord des yeux et les poils se dressent sur votre avant bras. Les paroles agissent de la même façon, elles peuvent vous rendre triste ou au contraire, vous apporter une joie immense. Il n’y a pas de limite dans l’espace, ni dans le temps. Le souvenir d’une musique ou de paroles prononcées par un être cher, perdure des années dans votre mémoire. Les mots ne « s’usent » pas. Ils ont toujours la même intensité.

Ces quatre mots de sagesse que sont « désolé, pardon, merci, je t’aime » ont gardé leur valeur intrinsèque et ils se propagent à travers le monde en agissant comme des « nettoyeurs » vibratoires. Ils donnent à tous ceux qui les prononcent l’opportunité d’entrer dans la paix.

L.L : La méthode Ho’oponopono s’adresse à qui en particulier ?  Y’a-t-il un âge bien défini pour réciter ces quatres mots… ?

Nathalie BODIN : La méthode Ho’oponopono est universelle. Elle s’adresse à toute personne qui prend conscience que si elle veut changer les choses qui semblent ne pas aller dans ce monde, il lui suffit de commencer par se changer elle même. C’est à dire modifier ses réactions face aux conflits et devenir un relais à la  paix. Plus vous rayonner de colère et de jalousie plus vous propager ces émotions négatives. L’inverse est aussi vrai. Rayonner d’Amour et vous verrez votre entourage se transformer dans l’harmonie.

Une certaine maturité semble nécessaire pour pratiquer Ho’oponopono, ainsi que l’envie d’agir en totale autonomie. Ce sont des éléments qui me paraissent essentiels. C’est aussi et surtout, une question de choix. Personne ne peut faire Ho’oponopono à votre place.  C’est à vous de décider de faire ou de ne pas faire Ho’oponopono dans une situation difficile.

Cette méthode révèle que nous sommes créateurs et responsables de nos vies. C’est une nouvelle formidable car grâce à cela nous pouvons tout changer. Il n’y a plus de destinée ou de voie toute tracée, seulement des propositions que la vie vous fait.  Vous avez votre libre arbitre pour choisir.  Vos critères de sélection dépendent de votre expérience de vie et en tant qu’adultes nous pouvons décider consciemment de modifier nos schémas comportementaux. Ainsi avec Ho’oponopoo, je nettoie les émotions négatives réveillées par des peurs anciennes. Plutôt que de rester figée dans un modèle obsolète pour moi, je prends la décision de prononcer les quatre mots de sagesse et de lâcher ce qui me paralysent depuis des années.

Pour exemple, en gardant une mémoire du type « tous les hommes sont des égoïstes » une femme va se retrouver systématiquement avec une personne répondant à ce critère jusqu’au jour où elle décide de nettoyer cette mémoire, ce schéma comportementale et de s’en libérer. Il n’est pas utile d’avoir totalement conscience de la problématique de fond. Les émotions négatives qui apparaissent suffisent pour comprendre qu’il y a quelque chose de profondément lourd à dégager. C’est un des grands avantages de cette méthode. Elle écourte les psychothérapies pour passer directement aux solutions.

L.L : Est-ce que les enfants peuvent prononcer les quatre mots de Ho’oponopono ? Ou justement y’a-t-il un âge pour être désolé, pour dire pardon, merci ou je t’aime ?

Nathalie BODIN : Il n’y pas d’âge pour entrer dans cette méthode. Comme je l’ai dit plus haut, c’est une question de prise de conscience et de maturité. Concernant les enfants, il me parait important de bien expliquer ces quatre mots de sagesse.

Pour rappel, voici comment j’interprète les quatre mots de sagesse.

Désolé signifie que je prend conscience qu’il y a un conflit, un problème qui surgit dans ma vie ; Pardon signifie que je me pardonne d’avoir « créé » ce conflit, il réveille un schéma comportemental, une mémoire dite « limitante » et je pardonne à la personne qui en a le plus besoin en ce moment difficile c’est à dire moi même ; Merci signifie être en gratitude envers la vie qui vous permet de réveiller ces mémoires « limitantes » afin de les nettoyer.  Je t’aime vous permet d’envoyer de l’Amour à vous même, à l’Univers, et d’effacer les douleurs que ce conflit à réveiller.

Le plus important est encore à venir….être sans attente. Ne pas espérer autre chose que d’être en paix à l’intérieur de soi… les miracles dépendent de votre état intérieur.

Le conseil que je donnerai aux adultes qui souhaitent partager cette connaissance aux enfants, c’est d’être l’exemple. Pratiquez Ho’oponopono, nettoyez et rayonnez d’Amour, c’est le meilleur moyen de montrer l’efficacité de cette méthode et de la partager.

L.L : Pensez-vous que pour l’éducation de nos enfants leur apprendre très tôt ces mots puissent être une base bénéfique aussi bien pour eux que pour les parents dans leur évolution ?

Nathalie BODIN : Il semble raisonnable de penser que plus on aborde jeune cette philosophie, plus il est facile d’intégrer dans son quotidien la notion d’Amour et de pardon. Cependant, je suis convaincue que c’est d’abord aux parents et à tous les adultes de vivre quotidiennement cette pratique. Les enfants imitent les adultes. Ils fondent leurs valeurs, c’est à dire leur compréhension de la vie, sur les comportements de ceux qui les entourent. Si vous dites à un enfant « ce n’est pas bien de mentir » et que quelques jours plus tard il vous entend dire un mensonge, ils vont surtout se calquer sur votre attitude plus que sur vos paroles. Ils se diront « je peux dire que je ne mens pas » et faire exactement le contraire juste après. Bien sur, chaque enfant à sa personnalité et va interpréter différemment les comportements des adultes. Cependant, les parents doivent prendre conscience de leur influence sur les enfants et des contradictions qui les anime avant d’inciter à une pratique. Une fois Ho’oponopono bien intégré dans son quotidien, il se peut qu’un jour l’enfant demande ce qui fait que sa maman ou son papa ait l’air plus joyeux. Ce sera alors le moment de transmettre les quatre mots de sagesse.

L.L : Peut-on dire que Ho’oponopono est une méthode douce ?

Nathalie BODIN : Oui, c’est une méthode ultra-douce, je l’appelle mon « calmant naturel ». Il a pour seul effet secondaire de vous faire prendre conscience de votre pouvoir intérieur. C’est un révélateur de capacités.

Suite à la pratique de Ho’oponopono, certaines personnes ont vu leur vie se transformer de manière radicale et ont pris peur. C’est pour cela qu’il peut encore y avoir des souffrances dans cette pratique. La peur du changement, la résistance intérieure peut venir créer des tensions. Parce que nous cherchons tous le bonheur, seulement nous avons très peur du changement que cela implique. Nous préférons garder des habitudes néfastes que de nous engager dans l’inconnu. Faire confiance à la vie est une étape nécessaire. C’est grâce à Ho’oponopono que je l’ai compris. Réciter les quatre mots de sagesse permet de ramener le calme en moi dès qu’un changement se profile. J’entre dans l’acceptation de ce qui est pour m’apercevoir ensuite que la Vie avait raison. Quand je m‘échine à vouloir résoudre des problèmes à ma façon et avec les moyens dont je dispose, rien ne semble s’arranger. C’est alors que je décide de prononcer « désolé, pardon, merci, je t’aime » pour entrer dans la paix. L’esprit se calme et je peux prendre du recul. Je deviens réceptive aux véritables solutions celles que je ne voyais pas car trop empêtrées dans les émotions négatives comme la tristesse ou la frustration. Ho’oponopono me ramène à la paix, pour que je puisse passer efficacement à l’action.

L.L : Est-ce que Ho’oponopono est une religion ? 

Nathalie BODIN : Si l’on prend le sens commun du mot religion, je dirai que non, Ho’oponopono n’est pas une religion. Il s’agit plutôt d’un art de vivre. Une façon d’entrer en communion avec son être profond. Cette méthode a vu le jour dans les iles du Pacifique pour permettre à la communauté de trouver l’harmonie quand il y avait conflit. Elle est, à la base, un outil de réconciliation.  Ensuite, elle a été transmise sous une forme plus individuelle pour permettre à chacun de l’utiliser sans chamane ou chef. C’est une formule totalement autonome qui ne dépend que de votre propre décision de la mettre en œuvre…ou pas. Elle s’intègre à tout mode de vie et de pratique religieuse. C’est une voie qui me permet de retrouver la paix quand je n’arrive pas à entrer en méditation, elle m’a aussi donné l’occasion de m’ouvrir à des textes religieux. Grâce à Ho’oponopono, je me suis permise d’entrer dans la notion de Dieu.

Si l’on prend l’étymologie du mot religion, religare, qui signifie relier, il est possible de ramener Ho’oponopono à ce concept. En effet, ce mot hawaïen signifie « rendre droit, corriger ». Ce qui ramène à la notion de réalignement avec la Vie. Se remettre en phase avec l’Univers, c’est aussi se relier à lui. Avec Ho’oponopono, nous nous connectons de l’intérieur à notre divin celui qui est relié à l’Univers. La ressemblance s’arrête là, il n’est nul besoin de prêtre ou de temple pour cette pratique. C’est justement son principal intérêt. Pas de rendez-vous à programmer ou de coach à rencontrer, vous pouvez décider à tout moment de vous mettre en connexion avec votre divinité intérieure et d’entrer dans la paix. Ho’oponopono s’intègre à tout mode de vie et de croyances, dans l’absolu compréhension que nous avons chacun notre chemin à parcourir.

L.L : Si je comprends bien, il n’y a donc aucune contre- indication à prononcer ces mots ce n’est que bénéfique ?

Nathalie BODIN : En effet, l’usage des quatre mots de sagesse est sans contre indication. Il n’y a que vous qui décidez de prononcer ou de ne pas prononcer cette formule. Je l’utilise depuis plusieurs années et c’est à tout moment que je récite en moi ce mantra. Dès qu’une situation désagréable se présente, je récite en boucle « désolé, pardon, merci, je t’aime » jusqu’à me sentir plus confortable. Inutile de le dire à voix haute, en soi suffit. Au tout début de la pratique, quand je faisais une marche ou une activité peu attrayante comme la vaisselle, je m’amusais à intégrer cette formule en la disant en boucle. Cela m’a permis de développer une sorte d’automatisme et dès qu’un problème arrivait, les quatre mots surgissaient sans effort. Je l’utilise aussi quand un évènement agréable se produit. Dans la formule il y a ce mot formidable « Merci ». Alors que tout semble se dérouler à merveille dans mon existence, je clame « merci, je t’aime » pour être en gratitude face à l’Univers et ses bienfaits.

L.L : Si j’ai bien compris ces quatre mots sont de véritables mots de sagesse ils sont à la fois libérateur et révélateur ?  Un vrai bénéfice bonheur intérieur ?

Nathalie BODIN : Oui c’est exactement cela, un révélateur au bonheur intérieur. Contrairement à ce que l’on a tous l’habitude de penser, le véritable bonheur ne peut venir que de l’intérieur. Lorsque vous vous dites, je serai heureux que lorsque j’aurais un nouvel emploi, une nouvelle voiture ou un nouveau conjoint, vous êtes dans l’attente. Et surtout, vous n’êtes absolument pas dans la joie de vivre. Vous remettez dans les mains de Pôle Emploi, d’un garagiste ou d’un partenaire potentiel, votre bonheur. Alors que si vous décidez que quoi qu’il arrive, vous allez prendre la vie du bon coté, vous vous offrez l’opportunité d’entrer dans la joie …sans attendre après qui que ce soit.

C’est exactement ce qu’offre Ho’oponopono. La possibilité de regarder la vie d’un œil plus serein. Et comme cette méthode est presque «magique », elle vous offre aussi des solutions que vous n’auriez osé imaginé car trop focalisé sur les manques et les besoins. Plus vous nettoyez votre cœur avec cette formule plus vous accédez à la paix, plus vous êtes réceptif aux solutions, plus vous passez à l’action, plus vous avancez dans votre existence, plus vous êtes heureux et plus vous permettez à ce monde recevoir votre joie et votre enthousiasme. Vous contaminez l’humanité de votre bonheur.

Un dernier mot quand à cette méthode hawaïenne. J’ai découvert avec elle la compassion. Etre dans le non jugement de ses actions passées est un cadeau que vous offre Ho’oponopono. En me pardonnant, j’ai pu entrer dans cette vibration pour tous ceux qui croisent ma route et qui n’arrivent pas à se pardonner. Pardonnez vous à vous même, aimez vous tel que vous êtes, c’est ainsi que vous honorerez l’Univers, la Source, Dieu, car vous êtes son plus fidèle représentant sur cette planète.

Merci Nathalie d’avoir pris le temps pour nous éclairer sur cette méthode. Elle fera son chemin c’est certain. Nous avons tous grand besoin de revenir à des mots simples porteurs de bon message. Je vais donc, de ce pas partager cette bonne nouvelle… 

Retrouvez Nathalie BODIN sur : 

www.vivreavechooponopono.com/ses-livres-c18569672

 

Interview de Nathalie BODIN été 2013

Propos recueillis par Linda Leininger pour le Magazine Copmed et la Senioressance

Lutte pour la Bientraitance en Institution et à Domicile

Ouvrage Paru aux Editions Tredaniel

 Merci au Magazine BIO énergie 

5 Copdmed Avril 2014

10007019_589268251207530_315688363768322900_n

 

 

10152480_589268601207495_3314554321103835187_n (1)

10262004_510335042406302_356840532675006674_n